Théophile Gautier

Eus Wikipedia
Mont da : merdeiñ, klask
Théophil Gautier 1856 Nadar.jpg

Théophile Gautier, bet ganet e Tarbes d'an 30 a viz Eost 1811 ha marvet e Neuilly-sur-Seine d'an 23 a viz Here 1872, zo ur barzh, skrivagner hag un arzvarnour gall.

Parizian e oa abaoe e vugaleaj. Er skolaj e reas anaouedegezh gant Gérard de Nerval ha dedennet e oa dija gant ar varzhoniezh. E 1829 e keje gant Victor Hugo a anaveze evit bezañ e vestr ha kemer a reas perzh en emsav romantel, da skouer en doa kemeret perzh en Emgann Hernani brudet d'ar 25 a viz C'hwevrer 1830.

Oberennoù[kemmañ | kemmañ ar vammenn]

Romantoù[kemmañ | kemmañ ar vammenn]

Eizh romant a skrivas :

Gautier zo ivez unan eus pevar oberour ar romant dre lizhiri La Croix de Berny (1845).

Kontadennoù[kemmañ | kemmañ ar vammenn]

Un tregont kontadenn voemus.

e Les Jeunes-France en 1833 
e Une Larme du diable en 1839 
en Nouvelles en 1845 
e La Peau de tigre en 1852 
div all 
el levr Romans et contes de 1863 
en eil embannadur La Peau de tigre en 1866 
kontadenn all 
kontadenn dalif 1881 

Oberennoù all[kemmañ | kemmañ ar vammenn]

Poésie[kemmañ | kemmañ ar vammenn]

[[Fichier:Vase La pluie au bassin fait des bulles, détail.jpg|thumb|Poème de Théophile Gautier figurant sur un vase de 1889 d'Émile Gallé, musée de l'École de Nancy]]

  • Poésies (1830), son premier livre, refondu dans le volume Albertus ou L'Ame et le péché (1833).
  • La Comédie de la mort (1838).
  • Espagna, qui paraît dans le volume des Poésies complètes de 1845.
  • Émaux et camées (1852), qui reparaît, à chaque fois augmenté, en 1853, 1858, 1863 et, enfin, en 1872 dans une édition définitive.

Les poésies complètes de Gautier, hormis Émaux et camées, sont parues en 1875-1876. Les poésies de circonstance et les poésies « légères » ont paru à part dans le volume Poésies de Théophile Gautier qui ne figureront pas dans ses œuvres (1873).

Poésies tome 1 sur Gallica Poésies tome 2 sur Gallica

Ballet et théâtre[kemmañ | kemmañ ar vammenn]

Théophile Gautier est l'auteur de 5 ballets du répertoire romantique, dont le premier chronologiquement, demeure l'un des plus joués au monde : Giselle ou Les Wilis. Par contre, son théâtre est une partie mineure de son œuvre.

Deux recueils sont parus en 1855 (Théâtre de poche) et 1872 (Théâtre. Mystères, comédies et ballets), mais ils ne sont pas complets. Un théâtre complet de Gautier a été édité il y a peu, certaines pièces ayant donc attendu un siècle et demi avant d'être rééditées[1].

Récits de voyages[kemmañ | kemmañ ar vammenn]

Critique d'art, critique littéraire[kemmañ | kemmañ ar vammenn]

  • Les Grotesques (1843).
  • Salon de 1847.
  • Les Beaux-Arts en Europe (1855).
  • L'Art moderne (1856).
  • Histoire de l'art dramatique en France depuis vingt-cinq ans (1858).
  • Honoré de Balzac (1858).
  • Abécédaire du salon de 1861.
  • Rapport sur le progrès des Lettres (1868).
  • Histoire du Romantisme, sa dernière œuvre, inachevée (1874). Texte sur wikisource
  • Portraits contemporains (1874), posthume.
  • Portraits et souvenirs littéraires (1875), posthume.
  • Le Musée du Louvre, préface de Marie-Hélène Girard, coéd. Musée du Louvre et Citadelles (Mazenod), Paris, 2011, (ISBN 978-2-8508-8343-9), posthume[2].

Gautier a, en outre, préfacé de nombreuses œuvres littéraires, parmi lesquelles Le Rêve et la vie de Nerval (en 1855) et la troisième édition des Fleurs du mal (1868) de Baudelaire. [Mention de deuxième édition (1869) sur la couverture et la page de titre, mais c'est bien de 1868 qu'il faut dater cette édition].

Curiosa (érotique)[kemmañ | kemmañ ar vammenn]

  • voir à ce sujet: Théophile Gautier et le théâtre, colloque international de juin 2004, dir. Martine Lavaud et F. Brunet, in Bulletin de la Société Théophile Gautier, Patrom:N°, 2004
  • D'après la revue Grande Galerie - Le Journal du Louvre (Patrom:N°, mars/avril/mai 2011), le texte contenu dans ce livre avait d'abord été publié en 1867 dans un ouvrage collectif destiné aux visiteurs de l'Exposition universelle, Paris, guide par les principaux écrivains et artistes de France, auquel participaient également Dumas, Sainte-Beuve, Viollet-le-Duc, George Sand, Nadar… Puis ce texte est devenu un livre après la mort de l'auteur, quand il fut réédité en 1882 sous le titre de Guide de l'amateur au musée du Louvre.