Auguste Romieu

Eus Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

François-Auguste Romieu (ganet e Pariz d'ar 17 a viz Gwengolo 1800 ha marvet e Nyons d'ar 16 a viz Du 1855) a oa ur c'hargad uhel hag ur skrivagner gall.

E vuhez[kemmañ | kemmañ ar vammenn]

Goude bezañ bet er Skol Boliteknik e voe, tro-ha-tro, mirour an Hendraoù er Mor-Bihan e 1828[1], isprefed e Kemperle e 1830, ma ne chomas ket pell met ma stourmas kalet a-enep ar brezhoneg, isprefed e Louhans (Saône-et-Loire), prefed e Dordogne (1833-1843), prefed e Haute-Marne hag en Indre-et-Loire da c'houde (1847)[2]. D'ar mare ma oa prefed e Dordogne e lakaas prenañ gant an departamant abati Cadonh (Cadouin), a oa o kouezhañ en e boull hag a voe saveteet evel-se.

War atiz Louis-Napoléon Bonaparte e voe unan eus saverien ar gazetenn sizhuniek Le Napoléon, e 1850, asambles gant Eugène Briffaut, Alexandre Dumas (mab) ha Jules Breynat Saint-Véran. Goude taol-stad an 2 a viz Kerzu 1851 e voe anvet da rener an arzoù-kaer (1852) ha da enseller meur al levraouegoù (1853).

Arroudoù[kemmañ | kemmañ ar vammenn]

  • « La Basse-Bretagne, je ne cesserai de le dire, est une contrée à part, qui n'est plus la France. Exceptez-en les villes, le reste devrait être soumis à une sorte de régime colonial. Je n'avance rien d'exagéré. »
  • « Créons, pour l'amélioration de la race bretonne, quelques-unes de ces primes que nous réservons aux chevaux ; faisons que le clergé nous seconde en n'accordant la première communion qu'aux seuls enfants qui parleront français. »
  • « Ce sont des Bas-Bretons ; qu'on en fasse des Français avant d'exiger d'eux les devoirs communs qu'ils ne sauraient comprendre. »[3]

Levrioù[kemmañ | kemmañ ar vammenn]

  • Proverbes romantiques (1827)
  • Code gourmand. Manuel complet de gastronomie comprenant les lois, règles, applications et exemples de l'art de bien vivre (1827)
  • Scènes contemporaines laissées par Madame la Vicomtesse de Chamilly (1828)
  • De l'Administration sous le régime républicain (1849)
  • L'Ère des Césars (1850)
  • Le Spectre rouge de 1852 (1851)
  • Le Mousse (1851)
  • Mérinos Béliéro, ou l'Autre école des vieillards, parodie en 5 actes et en vers (1829)
  • Henry V et ses compagnons, drame en 3 actes (1830)

Notennoù[kemmañ | kemmañ ar vammenn]

  1. Hervez Jean Frollo er pennad Une victime, embannet er Le Petit parisien d'ar 6 a viz Mae 1913 Lenn enlinenn
  2. Hervez Alfred Marquiset e Romieu et Courchamps, embannet gant Émile Paul Frères, Pariz, 1913 Lenn enlinenn
  3. La Revue de Paris eil embannadur, trede bloavezh, levrenn 6, 1831.